24 août 2009

série de poèmes : L'homme moderne .

Partez allez-y-  c'est une  course  effrénée  contre  le  temps .
Toi tu transpires vraiment  beaucoup .
Essaye  d'expier  tes  pêchés  qui reviennent  à la  charge  et  te  déchargent  des tonnes  de  mauvaises  conséquences .
La  rage  émerge  de  ton âme - La peur  s'immerge  dans  l'esprit  ou il n'y a  aucune  pure  compassion.
Il n'y a pas plus pire  que  ce moment  là car  tu es  simplement  ridicule.
car  tu es  simplement  ridicule à attendre  quelqu'un qui ne  viendra  jamais  te  saluer
car  tu es  simplement  ridicule à attendre  quelqu'un qui ne  viendra  jamais  te  saluer
Elle  ne  viendra  pas  pour  la  simple  raison que  tu lui fais pitié to iet  tes angoisses
En quelques  minutes tu changes- les minutes  déterminantes  restent  insuffisantes .
tu te sens libre comme une  touffe  d'herbe
Toi- tu te  caches  la  vérité- c'est que le  temps te  domine et te mine un moral déjà à plat depuis longtemps
tic tac tic les  conséquences  d'une  vie  urbaine frénétique
Attitude robotique gauche-droite-milieu-  renverse  le  malheure  sur  ton prochain inverse  le  processus  de  ta  propre mort 
impossible  tu es impassible
pas  vraiment  d'évolution ton visage  bleu devient juste vert . Un puzzle  visage  décomposé  le  temps  te  domine
intérieurement  c'est la  révolte   tu entends  des  cris stridents qui se  dispersent  un maximum pour  te  blesser  un maximum. extérieurement  tu gesticules
tu es  une  larve  larve
rampant  sur l'asphalte- animation triste  à voir . Déshumanisation . le  fil de ta  vie/fil de fer /intensité  Calder  se  brise  peu à peu
tu transpires  vraiment  beaucoup
Rien ne sert  de  fuir  tu bosses/tu trimes/ cherche  un rythme  chaque  jour ton visage   buriné  se  salit
Rien ne  sert  de  le laver de frotter  de  gratter  comme tu grattes  tes Goal.
rêve de richesse rêve de richesse  ton ambition ne  va pas plus loin
tu ne  peux acheter  les minutes  de  ta vie/tu ne  peux acheter  les minutes  de  ta vie
Ni les attraper
parfois tu rêves  de  l'indicible , minutes perdues
Vis  saccagée  désordonnée  comme  ton bureau
tu bosses  tu trimes  tu stresses- c'est affreux
Ta musique  de  fond , c'est le  signal d'alarme  de  métro que  tu rates
Ton chemin de vie est déraillé
tu sais qu'embellir  la  réalité  ne  sert à rien/tu sais qu'embellir  la  réalité  ne  sert à rien
Rien ne  sert de courir,il faut mourir à point  .

Posté par kamilia ab à 19:30 - Permalien [#]
Tags : , , , ,